Cave Coopérative De Montpellier
Commune Montpellier (34)
Réalisée par
Cassan Jean (architecte)
Rodier Jean (architecte)
Rodier Etienne (architecte)
Olivier Louis (entrepreneur)

Date de construction initiale 1929
Ref. IA34004299

Crédits
Lochard Thierry
(c) Inventaire général, 2005



Histoire
L’assemblée constitutive de la société coopérative du 7 janvier 1929 désigne Jean Cassan, architecte à Montpellier, comme concepteur de la cave. La coopérative est en grande partie détruite lors du bombardement du 5 juillet 1944. Les plans de reconstruction signés par les frères Jean et Etienne Rodier sont datés de 1945 et 1946. Le projet porte sur l’agrandissement de la coopérative et sur la construction d’un poste de réception des vendanges, d’un chai « intercoopératif », d’ateliers et des locaux administratifs. Les services de l’Agriculture donnent un avis favorable à la reconstruction le 18 février 1949. Un récapitulatif des travaux établi par les frères Rodier en décembre 1949 est annexé à un avis favorable du 21 mars 1950 pour l’octroi d’un prêt. Plusieurs agrandissements sont réalisés dans les années 1960 (les plans sont datés de 1962, 1963, 1967, 1969 et 1970). La coopérative est démolie en septembre 2005, à l’exception du bâtiment des locaux administratifs transformé en caveau de vente et bureaux.


Galerie (1)

Description
La coopérative initiale est un rectangle de 36,50m sur 19,60. La façade principale, sur le mur de long-pan, est percée de quatre triplets de baies et accueillait probablement des postes de réception de vendange. La démolition de ce bâtiment a dévoilé les murs pignons d’origine dans lesquels étaient percées des grandes baies plein cintre bouchées par les bâtiments de la reconstruction et des agrandissements. Comme à la coopérative vinicole d’Aniane, ces baies et celles du centre de la façade principale sont traitées en serlienne, motif architectural récurrent chez Cassan. La reconstruction d’après guerre par les frères Rodier prend un caractère plus moderniste. L’entrée des locaux administratifs se fait par une rotonde demi-hors-œuvre en rez-de-chaussée, thème qu’ils réemploieront à Boisseron et à Saint-Jean de la Blaquière. Six postes de réception des vendanges sont implantés dans un édicule en béton armé indépendant des bâtiments principaux, de forme ovale et couronné par un auvent proéminent. Le plan daté de 1946 met en évidence le contraste entre la forme moderne et l’utilisation des charrettes tirées par des chevaux pour le transport des raisins. Pour les derniers agrandissements situés à l’ouest, l’usage de la maçonnerie en moellon cède le pas devant le béton.


Observations
La coopérative vinicole est l'oeuvre de plusieurs architectes qui signent leurs réalisations avec des motifs architecturaux particuliers. Sa construction en plusieurs périodes rend compte de la complexité des édifices de ce genre, souvent très hétérogènes malgré l'impression de cohérence donnée par un programme assez contraignant.