Coopérative De Distillerie De Boujan-Sur-Libron
Commune Boujan-Sur-Libron (34)
Réalisée par
Bertrand Maurice-Paul (?, architecte)
Cluzel (entrepreneur de chaudronnerie)


Date de construction initiale 1925
Actuellement
Ateliers municipaux
Ref. IA3400710

Crédits
Rodriguez Lionel
(c) Inventaire général, 2009



Histoire
L'idée d'une distillerie coopérative à Boujan-sur-Libron se manifeste en février 1924 à l'initiative du Syndicat agricole local. La société n'est pas encore formée. Le Génie Rural répond à la demande de concours en envoyant le directeur des Services agricoles l'année suivante dans la commune afin de prononcer plusieurs conférences qui décident les fondateurs à créer une société. Leur choix d'implantation porte sur un terrain communal bordant la voie ferrée et un ruisseau, qui a été rétrocédé par la Compagnie des Chemins de Fer. Les travaux commencent en 1925, et sont complétés par une nouvelle campagne en 1931 financée par une avance à long terme du Crédit Agricole. La cave coopérative est construite en 1936 par Emile Peyre de l'autre côté de la voie ferrée, sur un terrain faisant face à la distillerie. La statistique de 1937 mentionne l'appartenance de la distillerie à L'Union des Distilleries Coopératives, dont le siège est à Béziers. La distillation s'effectue en phase solide aux calandres grâce à un appareil de marque Cluzel mentionné en 1938. La dernière mention textuelle d'une activité remonte à 1944.



Description
La distillerie est un bâtiment rectangulaire régulier à corps multiples composé d'un silo, d'un atelier de distillation, d'un poste de pesage et bureau, ainsi que d'un chai. Les corps de bâtiment sont couverts de longs pans aux murs gouttereaux et pignon adossés. Les pignons du silo et de l'atelier ainsi que le gouttereau du bureau sont disposés sur le même alignement, qui détermine la façade principale. Les façades postérieures sont en avancée les unes par rapport aux autres. La distillerie est légèrement adossée à une pente. L'entrée du site est placée en partie basse, avec le poste de pesage et son pont bascule en rez-de-chaussée. La façade principale est longée par une rampe naturelle qui conduit au silo en partie haute. Un large portail est ménagé dans son mur gouttereau pour le déchargement des marcs frais dans le vaisseau. Le chemin de sortie s'effectue en longeant les façades postérieures. L'atelier possède une mezzanine ouverte sur le silo. Elle permettait le chargement par le haut des calandres disposées au pied de la structure. Le vaisseau abritait les colonnes de distillation. L'atelier commande l'accès au chai à alcool via un dégagement. Le chai se compose d'une cuve couverte d'un toit terrasse, tandis que le poste de pesage auquel il est accoté est couvert d'un toit à deux longs pans. Le bâtiment est couvert de tuiles mécaniques reposant sur des charpentes métalliques. Il est construit en moyen appareil irrégulier de moellons de pierre ébauchés sur solin en appareil polygonal en pierre de taille. Les arcs en plein cintre qui couvrent certaines baies et le portail de l'atelier sont réalisés en briques.