L'avenir
Commune La Redorte (11)
Réalisée par
Villeneuve René (architecte)
Papineschi et ses Fils (entrepreneur)
Rieux Pierre (architecte)
Roger Marcel (architecte)

Ref. IA11001546

Crédits
Sauget Jean-Michel
(c) Inventaire général, 2008



Histoire
La cave coopérative est construite en 1931 (la date est portée sur le mur pignon) par René Villeneuve dont le nom est cité dans un courrier du Génie rural envoyé au député Gout afin qu'il donne son avis sur le projet de construction d'une cave. C'est le premier travail que réalise ce maître d'oeuvre installé à Narbonne. Il semble avoir suivi longtemps les travaux d'agrandissement de cette cave comme semble le montrer la continuité architecturale des bâtiments. Dès la fin de l'année, un projet d'agrandissement voit le jour, l'avant-projet est déposé le 5 mars 1932 : c'est le vaisseau accolé au flanc gauche du bâtiment 1. En avril 1933, l'avant-projet du 3e agrandissement est déposé et la construction des vaisseaux 3 et 4 est achevée la même année. Fin 1935, un nouvel agrandissement est demandé au service du Génie rural, l'avant-projet est instruit en septembre 1936 : il s'agit certainement de la construction de cuves dans les vaisseaux existants. C'est probablement entre 1934 et 1938 que le vaisseau 2 (1932) reçoit un avant-corps à un étage carré couvert d'un toit à croupe assez semblable à celui qu'il installe à Ginestas. En décembre 1938, le 4e projet d'agrandissement est déposé, l'avant-projet voit le jour en mars 1939 et les travaux de construction du vaisseau 5 sont entrepris cette même année : c'est le bâtiment court avec une cuverie en fer à cheval qui termine la série de bâtiments à droite, contre la distillerie. En 1956 (date portée sur le bâtiment), le vaisseau 6 prend place contre le flanc gauche de la cave primitive, légèrement en retrait. En 1961, début de la construction du vaisseau 7, contre le bâtiment de 1956. Les cuves de la 1ère tranche sont installées en fond de parcelle. Le procès-verbal de réception définitive des travaux est signé en avril 1963. Cette même année, Pierre Rieux, architecte narbonnais, dresse le projet de construction d'un quai de réception de la vendange. C'est probablement lui qui a suivi la construction de l'agrandissement de 1956. Le projet de quais prévoit la construction d'un kiosque indépendant en demi décagone de l'autre côté de la rue qui borde la cave au sud, sur le même plan que les quais qu'il construit à Pépieux, dans le Minervois. Le projet n'est pas réalisé. En 1964, la 2e tranche de cuverie du vaisseau 7 est réalisée. En 1965, la 3e tranche prend place devant les autres. Le plan dressé pour le projet par Pierre Rieux montre que de nouveaux quais ont été accolés à la façade postérieure des vaisseaux 1 à 3, sur le même plan que ceux projetés de l'autre côté de la route. Ces nouveaux quais se placent au niveau supérieur des cuves, les bâtiments étant en étage de soubassement. La même année, il est prévu l'installation de deux vinificateurs de type Ladousse et Pujol, dans l'angle de la parcelle, à gauche du vaisseau 7. Le projet prévoit de les placer perpendiculairement au bâtiment. Le projet ne se fait pas et c'est finalement un vinificateur de type Vico qui est installé contre le bâtiment. En 1966, nouveau projet d'agrandissement dressé par Rieux : il prévoit la construction d'une cuverie de 9800 hl sous forme de 4 cuves rondes en béton, sous abri mais le projet est retardé en raison de retards dans les extensions antérieures : le procès-verbal de réception définitive des travaux de l'agrandissement de 1965 n'est signé qu'en 1967. En 1968, il est prévu la construction d'un 2e vinificateur, devant le premier et celle d'un poste de pressurage en avant des tours. La cuverie projetée en 1966 est également construite par Pierre Rieux et son associé, Marcel Roger. Les travaux sont réceptionnés en 1972 et, en 1974, Marcel Roger construit une nouvelle cuverie de 10000 hl, en cuves métalliques, probablement celles installées devant la cave, sur la gauche, au bord de la rue du Port. Par la suite, d'autres agrandissements et des modernisations sont encore réalisées. La cave poursuit toujours ses activités.



Description
C'est probablement la toute première cave que René Villeneuve construit dans l'Aude et elle se remarque par son aspect relativement atypique : il construit un vaisseau longitudinal précédé d'un petit avant-corps en rez-de-chaussée, couvert d'un toit terrasse avec un fronton à redents. Un bandeau droit court sous le fronton, sur toute la largeur de l'avant-corps. Les murs pignons aveugles des deux premiers bâtiments portent les dates de leur construction (1931 et 1932) inscrites au sommet du pignon, sous un bandeau rampant peint en blanc, au-dessus de grappes de raisin moulées en ciment. Le pignon du 2e vaisseau est maintenant masqué par la surélévation de l'avant-corps couvert d'un toit à croupes. Le vaisseau possède un hall de travail derrière le pignon et les cuves, disposées sur un niveau, sont rangées de part et d'autre de l'allée centrale qui se termine en abside. Une allée perpendiculaire coupe les batteries de cuves au centre pour communiquer avec les autres vaisseaux. Les deux vaisseaux construits en 1933 sont conçus comme un seul bâtiment dont la charpente des deux longs-pans repose sur les cuves. Le second vaisseau de cette campagne est plus court que le 1er, limité par le tracé de la parcelle et des absides terminent également les allées. En façade, les deux bâtiments ne disposent pas d'avant-corps. Au centre une porte charretière, surmontée d'une imposte aux angles supérieurs abattus, dessert et éclaire les halls de travail. La typologie de cette imposte ressemble beaucoup à la forme des baies de la cave de Fabrezan (H. Gibert) ainsi qu'aux fenêtres hautes de la cave de Trèbes (attribution J.-F. Tarbouriech) construites l'année suivante. Le vaisseau 5, dernier bâtiment accolé à droite se singularise par une façade plus haute que les autres, qui marque la présence de cuves superposées, et des angles extérieurs tronqués symétriquement pour ne pas empiéter sur la voirie. La façade, vaguement Art déco, est traitée comme une cage d'escalier à peine saillante surmontée par un fronton à redents portant la date inscrite 1939 surmontant une grande baie verticale. Un bandeau horizontal court sur la façade dans le quart supérieur. Le vaisseau de gauche se remarque par le développement de la façade sobre et sa hauteur. Les installations construites postérieurement s'inscrivent dans une logique technique et non esthétique.