Le Cellier De Malassan
Commune Saint-Marcel-Sur-Aude (11)
Réalisée par
Reverdy Jules-Pierre (architecte)
Cambiès Emile (architecte)
Fourgous Léon (entrepreneur)
Reverdy Pierre (architecte)

Date de construction initiale 1933
Ref. IA11001599

Crédits
Sauget Jean-Michel
(c) Inventaire général, 2008



Histoire
La cave est construite en 1933 (la date est portée sur la façade de l'avant-corps) sous la direction de Jules-Pierre Reverdy qui signe le procès-verbal de réception définitive des travaux en 1935. L'entreprise Léon Fourgous était adjudicataire des travaux. Les plans du projet de construction, conservés dans le fonds Gibert de la Société archéologique de Narbonne, ne sont pas signés ni datés mais le graphisme du dessin et le style des lettres des titres montrent qu'ils sont de la main d'Emile Cambiès, architecte narbonnais qui collabore avec Reverdy, tout en construisant des caves coopératives pour son compte (Fabrezan, Ferrals-les-Corbières par exemple). En 1933, le vaisseau 1 est construit. En 1935, Cambiès signe seul l'agrandissement qui comprend une cuverie de 2500 hl adossée au mur gouttereau postérieur du vaisseau. En 1936, construction du second vaisseau et de 7600 hl de cuverie. En 1937 et en 1938, 8 autres cuves sont construites. En 1951, une batterie de cuves est installée derrière le 2e vaisseau. Cette amorce de 3e vaisseau est complétée en 1955 par d'autres cuves mais c'est en 1957 qu'est construit le bâtiment de protection. C'est le dernier travail que réalise Emile Cambiès qui est évincé de la direction des travaux par le nouveau conseil d'administration. La cave fait alors appel à Pierre Reverdy, autre architecte narbonnais, déjà bien introduit dans le milieu ; il a réalisé de nombreux travaux d'agrandissements mais pas de cave neuve. Dans un courrier qu'il adresse à Reverdy le 22 juin 1960, Cambiès rappelle qu'il a travaillé pour la cave depuis son origine. Pierre Reverdy réalise un certain nombre d'agrandissements dont ceux de 1960 (7100 hl) et de 1963 (12590 hl) et encore en 1965 avec 2440 hl de cuves installées dans la 3e travée, à gauche. En 1967, il présente le projet de modernisation des quais à gauche de l'avant-corps où il installe deux quais assez semblables à ceux qu'il construit à Ginestas. Ce sera sa dernière réalisation, le projet de 1968 étant signé de la main de René et Jean Villeneuve. Il est prévu la construction du 4e vaisseau arrière avec 8 cuves rondes mais rien n'aboutit. En 1969, nouveau projet déposé par Jean Villeneuve pour cette nouvelle travée d'une contenance de 16000 hl dont le procès-verbal de réception définitive des travaux est signé en 1971. Des travaux de modernisation ont été entrepris par la suite. La cave a fusionné avec celle de Ginestas et le site a fermé, une partie des locaux étant reprise par un artisan.



Description
La cave primitive comporte un seul vaisseau précédé d'un avant-corps à un étage carré. La morphologie de la cave est semblable à celles des caves construites par cet architecte mais avec le savoir-faire de Cambiès qui se reconnaît en partie dans la disposition de l'avant-corps centré sur le mur gouttereau du vaisseau et avec sa façade surmontée d'un petit fronton à redents simple traité en attique qui se rapproche de ceux de Fabrezan et de Ferrals-les-Corbières construits par Cambiès. Le cartouche portant l'inscription "cave coopérative" ressemble à ceux utilisés par Reverdy ; le losange placé dessous avec la date 1933 est en caractères Art déco. En revanche la forme des baies de l'étage ne rappelle pas celles que Reverdy utilise habituellement avec les linteaux débordants mais plutôt celles que Cambiès place à Fabrezan. L'avant-corps était couvert d'un toit terrasse transformé ensuite en toit en appentis. Les quais centrés sur la façade sont abrités sous un auvent en béton. Le vaisseau transversal comporte un grand hall de travail centré et traversant sur lequel débouchent les deux allées séparant les cuves disposées sur un seul niveau. On accède au sommet des cuves par un escalier tournant, à deux volées droites, appuyé contre le mur gouttereau antérieur du hall, très semblables aux escaliers construits par Gibert. Les agrandissements se font par ajout de bâtiments identiques pour les trois premières travées, seule la dernière (4e) change légèrement de module.