Les Côteaux De Rieutord
Commune Causses-Et-Veyran (34)
Réalisée par
Rouquier Joseph (architecte)

Date de construction initiale 1947
Ref. Pas de référence.

Crédits
Lochard Thierry
(c) Inventaire général, 2004



Histoire
Constitution de la société coopérative le 29 juin 1946, avec 143 adhérents. Construction en 1946-1947 par Joseph Rouquier, cité dans le rapport du Génie Rural du 8 novembre 1946. Le projet prévoit un cuvage de 37.273 hl, construit en trois phases : 13.041 hl pour la première phase (pour un montant de 16.524.000 f), et 12.116 hl en prolongement du bâtiment existant pour la deuxième phase. Le financement de la première phase est assuré par une subvention de l’Etat de 3.304.800 f, les versements des coopérateurs pour un montant de 3.406.400 f, et une avance à long terme de 9.812.800 f. Une plaque est posée en 1974 en l'honneur des présidents fondateurs, avec datation de 1948. Un rapport du Génie Rural du 26 juin 1948 fait état d’un dépassement du coût des travaux de la première tranche de 6.849.670 f, et de l’engagement des travaux de la deuxième tranche pour la cave de vieillissement des vins. Une extension à l’arrière daterait de 1960. Le mur arrière, clos de manière provisoire, laisse supposer des agrandissements prévus, probablement remplacés par des cuves extérieures implantées à une date inconnue. Des quais de réception de vendange construits dans la cour sont accolés à un chai de bardage qui abrite de nombreuses cuves en inox.


Galerie (1)

Description
Implantation au sud du village, à un carrefour, à proximité d'un cours d'eau (ruisseau de Bouisset descendant du village, sur lequel une station d'épuration est implantée ; cf. carte IGN). Composition singulière dans le catalogue de Rouqier, avec des éléments caractéristiques (légèreté du voile de béton de la toiture très aplatie, galeries internes en porte-à-faux avec poteaux ronds, mur du hall en moellons apparents avec de grandes ouvertures verticales en plein cintre donnant sur la réception de vendange), à rapprocher des coopératives de Balaruc-le-Vieux, de Bouzigues, de Maraussan, etc. D’autres éléments sont singuliers, en particulier le transformateur traité comme un campanile avec toiture en voûte. Le logement de fonction et les bureaux sont reportés aux extrémités de l'avant-corps.