Les Treilles
Commune Aniane (34)
Réalisée par
Cassan André (architecte)
Papineschi R. (entrepreneur)
Rodier Jean (architecte)
Rodier Etienne (architecte)
Olivier Louis (entrepreneur)

Date de construction initiale 1925
Ref. IA34004296

Crédits
Lochard Thierry
(c) Inventaire général, 2004



Histoire
Le premier projet de cave coopérative date de 1922. Une réunion publique faite par le directeur des Services Agricoles sur les avantages de la coopération a lieu à Aniane à cette date ; y sont également invités les propriétaires de Saint-Guilhem. La Société est en formation deux ans plus tard. L'architecte André Cassan propose ses services et réalise le premier bâtiment construit en 1925 (la cave porte la date). Une avance à long terme de 900.000 f a été accordée en janvier pour la construction de la coopérative. Un premier agrandissement est envisagé la même année et réalisé en 1926 avec la construction d'un bâtiment accolé à la cave d'origine et prévu pour 4700 hl., avec 4 cuves en sous-sol pour profiter de la dénivellation du terrain. La cave est agrandie une seconde fois dès 1927. A cette date, elle regroupe 223 adhérents. Un nouveau bâtiment est accolé à l'arrière de l'ensemble existant et forme une deuxième travée. En 1928, le logement du gérant est construit sur pilotis, au dessus des voies de réception des vendanges. De nouvelles cuves sont construites en 1929 dans le bâtiment de 1927 et du matériel nouveau est acquis (pressoir, foulo-pompe). Trois projets d'agrandissement datent de 1930. L'un prévoit la création d'un nouveau bâtiment de l'autre côté de la route Aniane-Gignac, avec une passerelle (non réalisé). Ces projets aboutissent à la construction d'un bâtiment annexe en 1932 (il porte la date). L'adjudication a lieu le 19 mai. La réception des travaux de maçonnerie réalisés par l'entrepreneur Papineschi date du 20 octobre 1933. Entre temps, après la mort d'A. Cassan (janvier 1933 ?), les frères Jean et Etienne Rodier reprennent la suite des travaux : transformation des voies de réception en quais avec obturation des pilotis et construction de bureau, installation de deux ponts bascules de 6000 et 20 000 kg avec bureau de pesée (1936). La construction de nouveaux quais de réception de vendange devant l'annexe de 1932, non datée, peut également leur être attribuée. En 1937, une avance à long terme de 200.000 f est accordée pour une cuverie d’une capacité de 24 000 hl. Des cuves sont également construites à une date inconnue à l’intérieur d’un bâtiment existant. Jean Rodier réalise l'extension arrière en 1965.


Galerie (7)

Description
La documentation écrite, les plans et les vues anciennes permettent de reconstituer l'évolution du site. Le premier bâtiment de 16m sur 12m40 borde la route Aniane-Gignac. Il s'ouvre sur la cour avec les voies de déchargement des vendanges dans des wagonnets, devant le " conquet " de réception alimentant la foulo-pompe qui remonte les raisins dans le pressoir hydraulique situé à l'intérieur du bâtiment. Un motif en serlienne anime les façades, avec linteau droit sur la façade principale et en arc plein cintre sur la façade latérale du côté de la route. Ce bâtiment est agrandi sur le côté gauche en 1925-26 sur une longueur de 12m environ, avec des cuves sur trois niveaux dont un en sous-sol. En 1927, une deuxième extension double cet ensemble à l'arrière, ouvrant sur la route une deuxième travée identique à la précédente. Le logement construit en 1928 sur pilotis, au dessus des voies de déchargement, reprend sur la façade sur cour le thème de la serlienne en plein cintre. Le nouveau bâtiment annexe construit sur la cour en 1932, perpendiculairement à la cave d'origine, reprend également le même thème avec linteau droit. Des quais de réception lui sont accolés plus tardivement : sept arcs en plein cintre et un huitième sur le côté, plus large, sont abrités sous un large auvent en béton. Ces nouveaux quais remplacent ceux aménagés précédemment sur la façade principale de la cave d'origine, à la place des voies de déchargement, sous le logement de fonction. Les extensions arrières (bâtiments et cuves) apparaissent sur les plans de 1965.


Observations
La coopérative est à rapprocher de celles de Montpellier (Cassan y est également remplacé par les frères Rodier) et d'Aspiran, postérieures aux créations que signent l'architecte au tout début du siècle (Lansargues en particulier).