Scv Anne De Joyeuse
Commune Limoux (11)
Réalisée par
Reverdy Jules-Pierre (?, architecte)
Bouteillé François (architecte)
Date de construction initiale 1929
Ref. IA11001550

Crédits
Sauget Jean-Michel
(c) Inventaire général, 2008



Histoire
La cave coopérative est construite en 1929, probablement par Jules-Pierre Reverdy : le traitement de la façade de l'avant-corps avec son fronton à redents, ressemble à d'autres réalisations de ce maître d'oeuvre. La cave est très mal documentée avant 1951 mais elle a connu de nombreux agrandissements qui en ont progressivement transformé la physionomie. La cave primitive, de plan simple (1 vaisseau transversal précédé d'un avant-corps) est progressivement agrandie, à des dates inconnues, par l'adjonction de deux vaisseaux perpendiculaires en retour d'équerre, de part et d'autre de la cour de manoeuvre. La technique de construction et la disposition des cuves en abside laisse supposer que ces aménagements se font, au plus tard, vers le milieu des années 1930, certainement sous la direction du même maître d'ouvrage. Les corps de bâtiments sont érigés certainement de manière symétrique : la construction présente une série de coups de sabre et des joints de dilatation entre les batteries de cuves, qui montrent que les deux ailes en retour ont été édifiées en deux campagnes successives chacune. Très rapidement d'autres constructions viennent prendre place contre le mur gouttereau postérieur de la cave primitive : 2 vaisseaux perpendiculaires sont adossés tandis que le 3e déborde, vers l'ouest, l'alignement de la cave. En 1951, 2 autres vaisseaux parallèles sont encore adossés perpendiculairement au vaisseau primitif. Le premier, construit par l'entreprise Lannes, est équipé de cuves parallélépipédiques, le second, plus étroit, construit par la société Subias-Vidal, possède des cuves rondes. Si le maître d'oeuvre n'est pas mentionné, c'est probablement François Bouteillé qui en suit les travaux. En 1952, l'allée de circulation présente à la tête des trois vaisseaux adossés à l'arrière de la cave primitive est équipée de cuves suspendues sur piliers tandis qu'un quai est aménagé devant l'avant-corps (entreprise Lannes). En 1953, 3 cuves rondes prennent place dans l'angle ouest formé par le vaisseau saillant (entreprise Subias). En 1955 (entrep. Lannes) puis en 1958 (entrep. Bonnery), deux autres cuves rondes en béton sont installées devant les premières. En 1959, ce sont les trois vaisseaux perpendiculaires ouest qui voient leurs allées centrales équipées de cuves suspendues sur pilier par la société Bonnery. En 1961, une dernière cuve est construite devant les autres, en limite de parcelle, par la société Revel qui installe une grande cuve souterraine dans le hall de travail de la cave primitive. En 1962, la même société aménage un quai de réception contre celui de 1952 ; cette même année, un nouveau chai s'implante (entrep. Badia), sous la direction de Bouteillé, dans l'angle nord-ouest de la parcelle, en bordure de la rue. En 1963, la société Subias achève la modernisation des quais en même temps qu'elle construit le dernier vaisseau perpendiculaire à l'est tandis que la société Massia réalise la 2e tranche du nouveau chai extérieur. Par ailleurs, la cave s'était équipée de trois vinificateurs, 1 Ladousse (1961) et 2 Vico (1964), En 1965, la coopérative décide d'acquérir des terrains à la sortie de la ville pour construire la nouvelle unité de production qui s'appellera Charles Simon. François Bouteillé est chargé des travaux mais, pour des raisons de budget, la société ne réalise qu'une partie du projet, à savoir la construction de l'unité de vinification qui voit le jour en 1966 avec un quai d'apport et un poste de pressurage. Les cuves de stockage, prévues dans le projet derrière la vinification, ne seront finalement pas couvertes. Par la suite, de nombreux travaux de modernisation et d'agrandissement sont encore entrepris : 2 vinificateurs Vico derrière le stockage en 1967. Une unité de stockage et de jus de fruit est également construite sur le site de l'ancienne cave, près des derniers chais qui sont encore agrandis. Les deux sites fonctionnent encore, le plus ancien étant consacré au stockage.


Galerie (6)

Description
La cave primitive se compose d'un vaisseau transversal précédé d'un avant-corps simple à un étage carré surmonté d'un petit fronton droit simple portant l'inscription dans un bandeau couleur lie de vin. Le vaisseau est coupé en deux par un hall de travail traversant et les cuves sont disposées sur un seul niveau, de part et d'autre d'une allée centrale. Les extensions futures se font selon un plan concerté qui maintient l'homogénéité de l'ensemble : deux chais sont disposés en retour d'équerre pour encercler la cour de manoeuvre, de part et d'autre du vaisseau principal, donnant à la composition son plan en U qu'on retrouve à Mailhac par exemple. Les agrandissements suivants se font à l'arrière par adjonction de vaisseaux placés perpendiculairement au vaisseau primitif. La nouvelle unité de production Charles-Simon tranche par son modernisme froid et impersonnel qu'affectionne particulièrement François Bouteillé : grands bâtiments couverts de sheds masqués par de hauts murs débordants, façades éclairées par des fenêtre carrées superposées à encadrements saillants, façades latérales du hall de travail ornées de décors géométriques froids. Les installations suivantes se font latéralement par adjonctions de nouvelles installations qui ne peuvent s'intégrer, l'ensemble s'assimile plus à une installation industrielle moderne, avec ses tuyauteries apparentes, qu'à une cave coopérative traditionnelle.