Voie Romaine "cabardès"
Commune Pezens (11)
Réalisée par
Ladousse Gaston (?, architecte)
Bouteillé François (architecte)
Date de construction initiale 1938
Actuellement
Centre de collecte
Ref. IA11001577

Crédits
Sauget Jean-Michel
(c) Inventaire général, 2008



Histoire
C'est probablement Gaston Ladousse qui fut chargé de la construction de la cave coopérative en 1938 : le plan et la distribution des lieux reprennent les principes déjà vus à Aigues-Vives (malgré le déplacement de la cage d'escalier du mur gouttereau sur le mur pignon) et à Moussoulens où l'escalier est également adossé au mur pignon. Mais le bâtiment de Pezens ressemble beaucoup à la cave de Saint-Hilaire (pour l'escalier) et à celle de Douzens pour la distribution (superposition des cuves séparées par des étages vides). Aucun document ne renseigne sur l'évolution du bâtiment primitif qui a fait l'objet de nombreuses modifications qui en ont altéré la lisibilité. Ce n'est qu'à partir de 1964 que les sources permettent de mieux comprendre les extensions suivantes qui sont alors suivies par François Bouteillé : en 1964, mise en place de la batterie de 4 cuves rondes en béton, le long du mur gouttereau droit de la cave primitive. De grandes cuves rondes en béton sont également installées derrière la cave, à une date non connue : 2 grands réservoirs et 3 plus petits. En 1969, un chai est construit dans le prolongement de ces réservoirs, avec 4 cuves rondes à deux étages. 2 autres bâtiments seront encore construits dans le prolongement de ce chai tandis que des extensions sont également réalisées de l'autre côté de la rue Marcellin Albert avec la construction de deux chais semblables aux premiers ainsi qu'une unité de vinification avec des cuves autovidantes. Aucune de ces extensions n'est documentée. La cave est fermée.


Galerie (6)

Description
La distribution de la cave est caractéristique des réalisations de Ladousse : il superpose niveaux de travail et étages de cuves comme à Douzens et à Aigues-Vives, dans un vaisseau unique. La distribution des différents niveaux se fait par une grande cage d'escalier hors oeuvre plaquée contre le mur pignon. Elle est éclairée par de grandes baies séparées en trois registres. Le toit à longs pans ne couvre que les cuves de vinification et la galerie de desserte qui court au-dessus des cuves tandis que deux appentis en béton armé accrochés à la base des cuves de fermentation protègent le sommet des cuves de garde placées au 1er étage. Les extensions se font par des ajouts latéraux et postérieurs qui ne s'inscrivent plus dans la continuité architecturale du projet. Les chais construits à l'arrière portent la marque de François Bouteillé : grands cubes froids et impersonnels en béton et ciment éclairés par des baies carrées superposées à encadrements saillants en béton.